Eric Babolat nous a reçu le mardi 26 février au Camp de Base Europe Babolat à Lyon, pour une Masterclass SCL inédite. Rencontre avec le dirigeant de l’entreprise familiale Babolat, leader mondial du tennis.

« Le tennis, c’est un sport de combat individuel »

Babolat, c’est avant tout une histoire entrepreunariale et familiale ancrée dans le paysage lyonnais depuis maintenant 144 ans. L’entreprise a vu le jour en 1875 grâce à Pierre Babolat. Un an après l’invention officielle du lawn tennis par le Major Wingfield, la famille Babolat développe alors une véritable industrie spécialisée dans la fabrication de cordes pour les raquettes de tennis et abandonne petit à petit son activité de transformation de boyau de moutons pour l’industrie alimentaire, la fabrication d’instruments de musique et la chirurgie. L’idée de créer des cordes en boyau naturel pour les raquettes de tennis, leur est venue de la demande toute particulière de George Bussey, un fabricant anglais de cadres de raquette. Au fil des années, Babolat a su se démarquer de son image de cordeur pour celle d’équipementier numéro un mondial sur le marché du tennis. 

DE GERLAND À L’INTERNATIONAL

En avril 2017, le groupe choisit de quitter ses bureaux historiques de Gerland, un ancien couvent réhabilité en usine, pour s’installer dans de nouveaux locaux à Vaise et de créer un camp de base EuropeLe groupe rayonne aujourd’hui sur tous les continents. Dès les premières années d’exercice, Babolat a su exporter sa marque : elle réalise aujourd’hui plus de 80% de son chiffre d’affaires à l’international et cela dans plus de 140 paysSes trois Camps de Base dans le monde (le camp de base Europe à Lyon qui constitue son siège, le camp de base aux États-Unis et le camp de base en Asie) qui lui permettent d’assurer une présence sur ces marchés majeurs. Aujourd’hui, ce sont 341 collaborateurs qui travaillent pour la société. Avec une raquette vendue toutes les vingt secondes dans le monde, Babolat a réalisé un chiffre d’affaires de 136 millions d’euros sur l’année 2017. En France, sa production est réalisée sur trois sites : à Corbas (Rhône) pour les cordages synthétiques, à Ploërmel (Morbihan) pour les cordages en boyau naturel et à Besançon (Doubs) pour les machines à corder.

LA PASSION DU TENNIS EN HÉRITAGE

Quand son père, Pierre Babolat, décède en 1998, Eric Babolat travaille depuis quatre ans dans la société familiale. Il a réalisé plusieurs « jobs étudiants » durant ses vacances d’été sur les tournois du Grand Chelem qui lui ont fait prendre conscience de l’impact de la marque dans le monde du tennis et lui ont permis de se familiariser avec la langue de Shakespeare.

« Quand c’est arrivé, je ne me suis pas posé la question. Je me devais de continuer l’histoire. »

De son père, il a hérité de la passion du tennis, qu’il pratique en loisirs en famille, mais également du goût de l’entrepreunariat. Même s’il était destiné à reprendre un jour les rênes de l’entreprise familiale, Eric Babolat, 5ème génération à prendre la tête du groupe, nous avouera avoir dû « apprendre à nager » dans ce grand bain du management.

TRADITION & INNOVATION

« Chez Babolat, on aime les paradoxes. Notre philosophie ? Conjuguer innovation et tradition ». En effet, l’entreprise perpétue la fabrication de cordes en boyau naturel et se tourne vers l’avenir en développant depuis 2012 la raquette connectée. « On ne veut pas être un musée, on veut regarder vers l’avant. » L’innovation est un véritable axe stratégique de développement. Dans un sport en légère perte de vitesse, le groupe a su s’associer avec la Fédération Française de Tennis pour développer le padel, sport de raquette dérivé du tennis qui connait un grand succès en Espagne et en Amérique du Sud. Un pari sur l’avenir ?

UN CERTAIN RAFA…

Rafael Nadal, ambassadeur de la marque Babolat
Source : @Babolat

Pour rayonner dans le monde entier, une marque de sport se doit d’accompagner des sportifs de haut niveau. On ne peut parler du groupe Babolat sans penser à Rafael Nadal. Depuis l’âge de 14 ans, l’Espagnol aux 17 titres en Grand Chelem collabore avec l’équipementier lyonnais pour sa raquette et son cordage.

Pour la petite histoire, le jeune sportif aurait été repéré par un vendeur à Manacor qui lui a conseillé de jouer avec une raquette Babolat. Mais Nadal n’est bien évidemment pas le seul ambassadeur de la marque. Babolat accompagne près de 200 joueurs internationaux et des dizaines de champions, tels que Jo-Wilfried Tsonga, Dominic Thiem, Garbine Muguruza, ou encore Joachim Fischer Nielsen et Kristina Gavnholt en badminton. La marque associe également son nom à de prestigieux tournois comme celui de Roland-Garros ou Wimbledon.

Contact presse Babolat : ZR Communication (shirley@zrcommunication.com)